Posez-moi vos questions !

accueillir-ses-emotions-et-les-vivre-pleinement

Géographie du cerveau

Article rédigé par Claùdia EUSÉBIO, spécialiste en sciences cognitives et comportementales.
La géographie du cerveau
La géographie du cerveau
Par convention, les neuroscientifiques ont cartographié le cerveau humain en identifiant des régions distinctes. Cela a permis d’en faciliter l’analyse et ainsi de mieux comprendre le rôle et le fonctionnement de chaque zone. Cette cartographie est essentielle car elle sert de socle commun aux études neurologiques et neurochirurgiques. Gardons tout de même à l’esprit que ces différentes zones restent des divisions artificielles créées par la pensée de l’Homme.

Concrètement, ces régions du cerveau ne sont pas séparées. Elles communiquent à travers des fibres nerveuses d’association. Il est intéressant de noter que 90% de cette communication concerne des échanges internes au cerveau. C’est-à-dire qu’une partie du cerveau transmet des informations à une autre partie.
Selon les neuroscientifiques, le cerveau peut être divisé en trois sous parties qui sont interconnectées :

- Le cervelet. Il est l’un des centres nerveux qui occupe la partie postérieure basse de la cavité crânienne.

- Le tronc cérébral. C’est la partie structurelle qui relie le cerveau et la moelle épinière. L’interface « cerveau / reste du corps » en quelque sorte.

- Le cerveau. Il bénéficie d’un système de protection grâce à la structure osseuse du crâne. Il est également recouvert de fines membranes appelées méninges. La couche la plus externe des méninges se nomme dure-mère. Sous celle-ci se trouve une couche intermédiaire dite arachnoïde. Et enfin, la plus proche du cerveau est la couche pie-mère. La structure du cerveau n’est pas lisse mais composée de nombreux plis appelés circonvolutions. Ces plis irréguliers sont de profondeurs plus ou moins importantes. Cette organisation permet à l’organe d’optimiser l’espace disponible dans la cavité cérébrale. Le cerveau est découpé en zones appelées lobes. Sur la partie avant et jusqu’à mi-hauteur du crâne se trouve le lobe frontal. A sa suite vers l’arrière se situe le lobe pariétal, et tout à l’arrière, se trouve le lobe occipital. Ces trois lobes en surplombent un quatrième appelé lobe temporal. Sous le lobe occipital nous retrouvons le cervelet, tandis que le tronc cérébral débouche dans le lobe temporal.
Le puzzle du cerveau
Le puzzle du cerveau
Les lobes
Les lobes

Une quasi symétrie apparait dans l’agencement de notre cerveau. Cela a conduit à considérer deux aires distinctes, appelées hémisphères.

Chaque hémisphère est subdivisé en quatre parties qui sont les quatre lobes cités plus haut.

De l’avant vers l’arrière : lobe frontal,
pariétal, occipital, et en dessous des trois le temporal.


- Dans le lobe occipital siège le cortex visuel. Là résident les fonctions liées à la capacité de voir et d’interpréter tout ce que nous voyons.

- Le lobe pariétal, lui, joue un rôle de premier ordre dans le processus sensoriel et des différentes parties de notre corps. Par exemple la manipulation et la relation entre les objets.

- Le lobe temporal est en lien avec notre mémoire auditive , notre souvenir des mots, la désignation des objets.

- Le lobe frontal gère le contrôle de nos impulsions. Notre capacité à évaluer à moyen et à long terme. Mais aussi le langage, la mémoire fonctionnelle, le système moteur, la sexualité, la socialisation ainsi que la spontanéité et la fluidité. Il se charge de la coordination et de la planification, ainsi que du contrôle de notre comportement social.
Les neurones et les fibres nerveuses sont d’autres constituants de ce formidable outil qu’est le cerveau. Ils forment une substance de couleur grise qui constitue le cortex cérébral. Cette matière mesure deux à trois millimètres d’épaisseur.

Les fonctions basiques de notre cerveau sont la perception, la rétention, l’analyse, l’émission et le contrôle. Son fonctionnement peut être exécuté grâce à ses deux hémisphères. Le gauche et le droit. Chaque hémisphère est en charge de différentes fonctions mais ils sont interconnectés et communiquent à tout moment.

L’hémisphère droit élabore, exprime et facilite toutes les informations qui sont liées à l’espace, à nos sens, au visuel, au créatif. C’est l’hémisphère le plus en lien avec nos capacités visio-spatiales. Et par extension avec des domaines comme l’art par exemple.

L’hémisphère gauche capte toutes les informations conceptuelles. Il est le plus logique, analytique, mathématique et verbal. Il est rationnel, critique et scientifique.

La relation entre le cerveau et la conscience : le mental.

La conscience
La conscience

Lorsque nous parlons du cerveau, difficile de ne pas aborder le sujet de la conscience, du raisonnement. L’organisation de notre cerveau tel qu’il est aujourd’hui est le résultat de l’évolution de notre espèce sur cette planète pendant des milliers d’années. L’être humain a développé une multitude d'habilités : langage, écriture etc… qui ont contribué au changement de la structure de son cerveau. La pratique est capable de modifier la structure du cerveau puisque nous sommes dotés de neuro-plasticité. Un exemple testé par expérimentation scientifique est la pratique de la méditation. Il est avéré que celle-ci est capable de modifier notre cerveau. L’organisation de notre cerveau peut donc être vue comme un reflet de notre expérience et de notre activité en tant qu’individu mais également en tant qu’espèce sur la planète.

Notre cerveau se compose d’une partie logique et raisonnable et une partie émotionnelle et imprévisible. Les êtres humains sont ainsi. Nous sommes capables de ressentir en même temps que nous réfléchissons. Le système limbique, parfois appelé cerveau limbique ou cerveau émotionnel, est étroitement lié à nos émotions. Il correspond à l’ensemble des régions interconnectées qui forment ce circuit émotionnel au plus profond de notre cerveau.
Partie logique/raisonnable & partie émotionnelle/impévisible
Partie logique/raisonnable & partie émotionnelle/impévisible
J’espère que cette balade à travers la géographie du cerveau vous permettra de mieux comprendre la façon dont celui-ci fonctionne et quelles sont les zones sollicitées en fonction de l’activité que vous êtes en train de pratiquer. Bien entendu, même si la science a appris énormément de choses ses dernières années sur le sujet, il reste de nombreuses zones à explorer. Cette « boîte magique » dont nous avons hérité à notre naissance a encore de belles surprises à nous faire. Une chose dont nous sommes sûrs, c’est que notre cerveau a des capacités extraordinaires et que la neuro-plasticité nous donne la chance de modifier sa configuration pour le rendre le plus adapté possible à nos besoins. Et pourquoi pas, nous permettre d’aller au-delà des croyances limitantes que nous avons aujourd’hui. Il est bon de se rappeler que quel que soit notre âge nous pouvons lui donner du « fitness neuronal ». Alors entrainez-le ! Faites lui faire du sport et améliorez ainsi vos capacités cognitives.

Je vous souhaite de maintenir votre cerveau en pleine forme et de continuer à découvrir
tout son potentiel à travers mes différents articles !
« Prends soin de ton cerveau et ton cerveau prendra soin de ton existence. »
- Alfonso Caycedo – (Père de la Sophrologie)

Ces pages peuvent vous intéresser :

À VOIR : les replays du Congrès de la Mémoire édition 2018

Bonne nouvelle : les replays de l'édition 2018 du Congrès de la Mémoire sont en ligne.Si vous avez raté cette troisième édition du Congrès de la Mémoire, vous pouvez vous …

Formation Au Scribing avec Nicolas Gros.

Après mes deux jours de formation auprès de Roberta Falhaber il y a 2 semaines, je continue mon initiation à la Facilitation Graphique avec un autre expert francophone : …

Championnats du monde de Lecture Rapide et de Mind Mapping : les aventures de l'équipe de France

Dans cet article j'aimerais partager avec vous l'aventure à laquelle je viens de participer : Les Championnats du monde 2018 de Mind Mapping et de Lecture Rapide à Canton …

Vos réactions (1)

Merci j ai lu votre article mais quand le cervelet droit n est plus fonctionnel, un choc frontal,un traumatisme provoque lors d un accident, certaines mémoires effacées,,comment gérer son cerveau, les médecins trouvent épatant de s en sortir comme je suis ,des neurones éliminer par ce coma profond. Comment faire redémarrer ce cerveau par quel moyen MmeSalaud Roselyse

par Visiteur , il y a 3 semaines

Bonjour Roselyse, Merci pour votre commentaire. Votre neuroplasticité peut permettre de reconfigurer notre cerveau en cas de lésions pour pouvoir s'adapter et même récupérer quelques-uns des neurones qui ont pu être impactés par ces lésions ! Continuez à stimuler votre neuroplasticité, à faire de l'exercice physique... pour reconfigurer votre cerveau au-delà de ce traumatisme lié à cet accident. Développer et stimuler sa neuroplasticité permet le phénomène de neurogénèse (la création de nouveaux neurones). Il est important d'être bien accompagné pour que vous puissiez connaître les exercices à faire pour travailler votre neuroplasticité selon l'étendu de votre lésion. Bravo pour tout ce que vous avez mis en place. Réponse de Claùdia EUSÉBIO - Spécialiste en Sciences Cognitives et Comportementales

par Laëtitia . , il y a 2 semaines
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Posez-moi vos questions !

accueillir-ses-emotions-et-les-vivre-pleinement